Retour accueil

Vous êtes actuellement : Actualité  / Année 2017 2018 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

Compte rendu audience DSDEN « ELCO » mardi 18déc17

lundi 18 décembre 2017

Compte rendu de l’audience « ELCO » du mardi 18 décembre à la DSDEN :

Présents pour les organisations syndicales : SNUipp-FSU, Sud Educ, Se-Unsa, Snudi-FO.
Pour l’Administration : Mrs Rouquette(Dasen) et Horgues (secrétaire général de la DSDEN66), Mmes Forcheteau (IenA) et Moreaux (responsable du service Vie des Elèves).

Les délégués du personnel ont exposé les différents éléments ayant conduit à cette demande d’audience intersyndicale :

  • Une crise latente depuis le début d’année voire depuis l’année dernière concernant la mise en place des ELCO dans les écoles de Perpignan.
  • Un épisode inacceptable avec des chaînes posées sur les grilles d’une école publique.
  • Une position plus que difficile à tenir pour des directrices et directeurs de Perpignan en première ligne dans un conflit dont ils ne sont pas responsables entre mairie, Inspection Académique et parents d’élèves.

Monsieur le Directeur Académique partage le constat d’une situation inacceptable qui ne peut plus durer. Il estime que la communication a été faite auprès des directrices et directeurs avec le mot d’ordre de « ne pas s’exposer ».
Il rappelle fermement que le maire n’a aucune autorité directe sur les directeurs d’école et que des consignes ne peuvent pas leur être adressées par cette voie.

Il nous expose les derniers épisodes du conflit :

  • une lettre (avec rappel de la Loi) a été adressée à la préfecture pour réclamer une injonction du préfet envers le maire de Perpignan afin de permettre la tenue des cours d’Elco.
  • la Préfecture demande « à ce que le dialogue soit rétabli (…) » mais ne s’engage pas. La mairie n’ayant pas produit d’arrêté municipal (comme ce fut le cas par exemple à Toulon ou Lyon), il n’y a pas d’écrit que la préfecture puisse « condamner ». Il semble qu’une note du préfet au ministère (Intérieur) ait cependant été envoyée. Pour l’instant, statu quo.
  • la situation a été signalée à la DGSCO par la Dsden 66.

Quelles perspectives ?

  • le Dasen envisage et souhaite que la situation évolue « avant les vacances de Noël »
  • il a noté les remarques que nous lui avons apportées quant à la situation sur le terrain (fuite des élèves vers des associations cultuelles, tensions inter communautaires dans les quartiers sur ce sujet, risque d’escalade si un groupe décide de tenir « de force » un cours Elco dans une école puisqu’ils ont le droit pour eux, etc…) et s’engage à les transmettre à la Préfecture.
  • Malgré nos interventions répétées, il se montre quelque peu réticent à communiquer directement aux directrices et directeurs puisque, à part une condamnation de la situation actuelle, il n’a pas de « solution » à leur proposer ou d’autre consigne (que celle de ne pas s’exposer) à leur adresser. Nous leur avons répété que les équipes devaient se sentir soutenues.
  • nous lui avons rappelé que la toile de fond du conflit, outre la « stratégie » politique du maire de Perpignan, c’est l’ingérence de la mairie de Perpignan dans les affaires scolaires et que la situation se dégrade (rythmes scolaires, PEDT, etc…)

La situation demeure donc à ce jour bloquée, et nous savons que ce sont les équipes et en particulier les directrices et directeurs des écoles qui sont, chaque jour, au contact des familles. Nous restons donc mobilisés et demanderons une audience auprès du préfet pour porter ces mêmes inquiétudes et revendications.

Pour le SNUipp-FSU 66, Vincent Roitg.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 66 : 18, rue Antoine Condorcet, 66000 PERPIGNAN
tel : 04.68.50.78.44 fax : 04.68.50.32.31 mail : snu66@snuipp.fr permanences / plan : cliquer ici