Retour accueil

Vous êtes actuellement : Elections Professionnelles 2018 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site

ELECTIONS PROFESSIONNELLES :
BILAN DU SNUIP-FSU 66 EN CAPD

dimanche 25 novembre 2018

Vous trouverez dans cet article une liste non exhaustive des principales avancées obtenues par le SNUipp-FSU 66 depuis les dernières élections professionnelles.

Mouvement :
- La gestion de ce dossier a été une bataille annuelle contre l’harmonisation académique du mouvement et pour obtenir une circulaire qui soit au plus proche des particularités du département. Des négociations annuelles ont été menées à propos des bonifications pour les personnels lésés (fermetures, collègues lésés en 2015 par les C2A, les collègues de l’EREA, les RASED, ...).

- A la demande du SNUipp-FSU, certains PES sont affectés sur des compléments de service plutôt que des décharges de direction. Cependant cette revendication n’a pas complètement aboutie (ce sera une priorité du prochain mandat). Le SNUipp-FSU demande un turn-over des postes occupés par les PES.

- Le SNUipp-FSU a obtenu le maintien des priorités aux collègues TRS qui retrouvent au moins 50% de leur poste. C’est aussi le cas pour les postes du 2d mouvement.

- Les collègues de Cerdagne-Capcir bénéficient maintenant d’une priorité absolue sur les postes des hauts cantons.

- Le SNUipp-FSU 66 a évité les postes à profil en CP et CE1 dédoublés (ce qui n’est pas le cas dans de nombreux départements).

- Grâce à son pré-mouvement, le SNUipp-FSU 66 a relevé des erreurs d’affectations qui ont pu être corrigées avant la CAPD d’officialisation des résultats.

Carte scolaire :
- La grève massive du 20 novembre 2014, initiée par le seul SNUipp-FSU, suivie d’une rencontre avec la Préfète et des interventions auprès du Rectorat ont abouti à une dotation de 54,5 postes à la rentrée 2015.

- Après des années de persévérance, le SNUipp-FSU 66 a obtenu la séparation des effectifs bilingues et monolingues pour la carte scolaire ; s’en est suivie une augmentation des créations de postes dans les écoles concernées.

- Le SNUipp-FSU 66 a initié avec succès une lutte intersyndicale contre la fusion des écoles Blum et Boucher.

- Le SNUipp-FSU a fait reculer la mairie de Perpignan et la DSDEN qui projetaient la création d’une école désectorisée au mas Bresson, ce qui aurait ghettoïsé davantage les écoles de Perpignan.

- La mobilisation du SNUipp-FSU 66 contre les 2 postes de « directoire » (« super-directeur » de plusieurs écoles) proposés par l’administration sera couronnée de succès : ces 2 postes ne sont pas créés.

Gestion des personnels :
- Grâce aux interventions du SNUipp-FSU, les personnels travaillant à temps partiels peuvent désormais postuler sur tous les postes ; ils sont ensuite affectés sur des postes provisoires en gardant le bénéfice du poste obtenu au Mouvement.

- Le temps partiel est redevenu possible sur les postes de direction.

- Le respect de la proportion hommes-femmes (20%-80%) dans la classe exceptionnelle est effectif.

- Pour l’accès à la classe exceptionnelle, le SNUipp-FSU 66 a demandé et obtenu que les collègues anciens instituteurs aient leur ancienneté d’ « instit » prise en compte intégralement.

- Le SNUipp-FSU a obtenu, après maintes sollicitations, la mise en place d’une aide juridique pour les directeurs d’école à la DSDEN qui a montré son efficacité. Enfin, il a initié la consigne « je répondrai quand j’ai le temps, si j’ai le temps » qui a permis aux directeurs, dans un cadre collectif, de ne pas répondre aux multiples demandes et enquêtes en tous genres ...

Défense des personnels :
- Les représentants du SNUipp-FSU 66 ont multiplié les interventions au sujet d’élèves hautement perturbateurs. La défense de collègues et d’équipes confrontés à cette situation a explosé durant les 4 dernières années.

- Ils sont également intervenus pour défendre des collègues injustement mis en cause par des parents ou des élus. A plusieurs reprises, le SNUipp-FSU 66 a obtenu le recul de la hiérarchie qui exigeait le changement de classe d’un élève sur demande des parents.

APC :
Lors de la mise en place des APC, le rapport de force institué par les syndicats représentatifs avait permis de maintenir le temps de préparation à un niveau maximum par rapport aux autres départements de l’académie (10h de préparation pour 50h devant élèves).

Le SNUipp-FSU est le seul syndicat dans le département à donner comme consigne de se réapproprier ces heures pour en faire un temps utile. Celles et ceux qui ont suivi la consigne ont récupéré 36 heures de travail par an (réalisées auparavant en dehors du temps institutionnel) ; bien plus que les 5 heures offertes aux seuls collègues de CP et CE1 pour la saisie des évaluations nationales ! Le SNUipp-FSU 66 est intervenu auprès du DASEN et de certains IEN pour expliciter sa consigne nationale ... résultat : aucune sanction !

Rythmes scolaires :
Le SNUipp-FSU 66 a multiplié les initiatives pour le maintien de la semaine à 4 jours. Manifestations, conférences de presse, demandes d’audiences auprès de nombreux élus, réunions d’informations syndicales … Grâce à cette mobilisation, une seule commune (Corneilla del Vercol) a décidé le passage à 4 jours et demi en 2013.

L’année suivante, le choix des équipes (décret Peillon ou Hamon, horaires aménagés …) a été très souvent respecté, grâce parfois à l’intervention du SNUipp-FSU 66 auprès des élus et du DASEN.

Les années suivantes, le SNUipp-FSU 66 a été bien seul à défendre le retour des 4 jours en pointant l’absentéisme des mercredis et vendredis matins mais aussi la fatigue accrue des élèves et des enseignants …

Résultat final : en 2018, tout le département revient à la semaine des 4 jours. Une grande victoire pour le SNUipp-FSU 66 mais surtout pour les collègues et leurs conditions de travail. Victoire qui doit en appeler d autres.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 66 : 18, rue Antoine Condorcet, 66000 PERPIGNAN
tel : 04.68.50.78.44 fax : 04.68.50.32.31 mail : snu66@snuipp.fr permanences / plan : cliquer ici